Les Forums Du Lyce Ibn Tofail

http://ibntofail.43i.net


    Rsum de la boite merveille

    avatar
    samah

    : 14
    : 27
    : 09/04/2007

    Rsum de la boite merveille

      samah 30, 2007 6:30 am

    [center]Chapitre I
    Le narrateur maintenant adulte, se souvient de son enfance. Il habite avec sa famille Dar Chouafa, au fond d'une impasse. La maison porte ce nom parce que une voyante y habite. Il se lve de bonne heure pour aller au M'sid, situ la porte de Derb Noualla et dont le fqih est un grand maigre, barbu et colreux. L'enfant se sent seul. Il a un penchant pour le rve et imagination ; aussi sa tte est-elle peuple d'histoires fabuleuses.
    Le narrateur redoute d'aller au bain maure qu'il considre comme l'enfer. Il aime courir dans le Derb, et surtout vider sa Boite Merveilles. Le lendemain, la mre raconte les disputes qui ont lieu dans le bain maure.
    Cette femme soutient devant les voisines que les siens sont d'origine nobles et qu'ils sont les descendants du prophte. Une fois, au cours d'une dispute avec Rahma, elle profre l'encontre de sa voisine des invectives violentes.

    Chapitre II
    Le narrateur redoute le mardi car il doit, comme tous les coliers du M'sid, rciter les chapitres de Coran appris depuis l'entre l'cole. Ce mardi, de retour la maison, Lalla Aicha, une ancienne voisine de la famille, conseille la mre qui se sent malade de se rendre au sanctuaire de Ali Boughaleb pour conjurer (=carter en priant) le mauvais il qui a frapp son fils, en lui faisant boire l'eau miraculeuse de ce lieu saint. Arrivs au mausole, les deux femmes se mettent supplier en pluchant leur srie de plaintes et de problmes, devant le catafalque du saint. Pendant que la propose au tombeau fait des prires la faveur des deux femmes, un chat donne un coup de griffe au narrateur, le lendemain, le garon, bless, ne va pas au M'sid ; cela rend heureux. En se rveillant, aprs le dpart de son pre, l'enfant entend les salutations et les souhaits d'usage entre les voisines (le crmonial matinal). Le narrateur se rgale avec deux beignets que la voisine Fatma lui apporte.
    Aprs, Driss le teigneux, apprenti du pre, vient pour faire les commissions du mnage. Mais ce qui rjouit le narrateur c'est le petit lphant en verre (un gros cabochon) que lui offre Rahma. Il dcide de le ranger dans sa boite merveilles.

    Chapitre III
    Aprs deux jours et demide repos de convalescence, le narrateur va au M'sid, le vendredi dans l'aprs midi. La fin des cours est un moment de dlivrance et de soulagement pour lui. De retours la maison, le garon est bloui par une lampe ptrole dans la chambre de Fatma Bziouya. Aprs le dner, la mre demande son poux d'acheter une lampe pareille. Le jour suivant. Il l'apporte.
    Un vnement imprvu se produit : Zineb disparat lorsqu'elle accompagne sa mre un baptme. Toutes les femmes du quartier viennent rconforter sa mre. Elles se mettent pleurer et se lamenter sur leurs misres. Mais cette disparition rjouit le narrateur qui n'aime pas la fillette. La mre de ce dernier se dirige en compagnie de Fatma Bziuoya vers Moulay Idriss pour le prier de venir en aide la famille de la disparue. Les deux femmes la retrouvent dans un asile.
    Le jeudi suivant, Rahma organise un repas pour les pauvres, en guise de remerciements Dieu. Le pre de Kanza fait venir une horde (=groupe) de mendiants. Aprs le dpart des chemineaux, Rahma invite les voisines et leur sert des mets dlicieux. Le narrateur mange avec Zineb. Le soir, le garon est triste. Il vide alors sa Boite Merveilles et se met rver.

    Chapitre IV
    Dans les premiers jours du printemps, le narrateur et sa mre vont rendre visite lalla Aicha, amie de celle-ci. Les deux femmes passent leur temps dbiner (=critiquer une personne de faon malveillante) les gens. Mohamed joue avec les enfants des voisins en inventant des scnes de mnage et de mariage. Les jeux se terminent dans la dispute. Le retour de son mari Moulay Larbi, plonge Lalla Aicha dans la consternation (=stupfaction, abattement d l'annonce d'un vnement malheureux soudain) : elle parle d'un pacha. Soudain, elle se met pleurer ; et la mre la console. A la tombe de la nuit, le pre vient chercher le narrateur et sa mre. Le jour suivant, le vendredi, la mre rvle au pre la cause du chagrin de Lalla Aicha : son mari s'est disput avec son associ. Malgr ses plaintes, la victime n'a pu faire justice ; pire encore, c'est l'arnaqueur Abdelkader qui a obtenu gain de cause.
    Le narrateur est surtout occup par sa Boite Merveilles qui lui permet de se soustraire (=retirer quelqu'un d'un milieu, le faire chapper une influence) aux anxits de la vie. Mais il y a aussi les rcits de l'picier Abdallah. Par une soire d'hiver, le pre raconte sa femme l'histoire d'Abdelleh et de ses rcits. L'picier, qui est un homme nigmatique, a peu de clients mais beaucoup d'amis. Il a aussi des ennemis qui cherchent lui nuire. Il suscite tantt l'antipathie des uns, tantt la sympathie des autres. Une fois deux hommes, Abdenbi et Lahbib, se dispute car le premier calomnie (=atteindre dans la rputation par de fausses accusations) l'picier alors que le second soutient qu'il est un saint.

    Chapitre V
    Ce mercredi, le matre d'cole est heureux et gentil avec les coliers. La raison de son bonheur est l'vnement de L'Achoura, occasion pour la rfection de l'cole. Les enfants sont librs pour le reste de la journe. Le narrateur exulte. Cette joie est modifie par l'absence de la mre, qui est partie avec lalla Aicha.
    Lorsque la mre est de retour, elle chuchote aux voisines l'histoire de son amie. Moulay Larbi, ruin par le procs rendu en faveur de son ennemi, sa femme vend tous les bijoux et meubles qu'elle possde pour que celui-ci puisse s'installer dans un nouvel atelier. Au moment o la mre achve la relation de son rcit, un hurlement dchirant s'lve. Une vielle esclave informe les femmes que Sidi Mohamed ben Tahar, un coiffeur de son tat, vient de mourir.
    La mre va prsenter ses condolances la femme du dfunt. Le narrateur l'accompagne pleureuses et de l'pouse endeuille. Lorsqu'il revient chez lui, le narrateur songe la mort et l'enterrement. Pour le consoler, le pre lui raconte une histoire afin de lui faire comprendre que certains morts sont accompagns d'anges au paradis.
    L'enfant sombre pourtant dans une tristesse profonde ; il pense qu'il va mourir et se met imaginer son propre cortge funbre. Il s'endort en faisant des rves. En se rveillant le matin, il est dispens d'aller l'cole coranique et il est gratifi d'un beignet. Laiss de suivre ses activits journalires des femmes, il s'occupe rciter le Coran avec
    ardeur. Il arrte sa psalmodie et sort sur le palier lorsque sa mre lui offre une chanette de cuire. Mais le chat amaigri de Zineb lui vole la chane qu'il a nettoye avec une grande application et s'enfuit. Croyant que c'est la fillette qui l'a charg de la lui voler. Il se prcipite alors sur elle ; et une violente dispute clate les deux ennemis.

    Chapitre VI
    Huit jours avant la fte de l'Achoura, le Msid est nettoy et enduit la chaux par les coliers. Seuls les plus grands sont admis cette tache ; cela doit le narrateur, Mais le jour suivant, il est nomm chef de l'quipe qui doit nettoyer le sol. Le soir il revient la maison fatigue mais se vante devant ses parents de ses exploits.
    Le matin, sa mre le retient d'aller l'cole coranique : elle compte l'emmener avec elle pour lui acheter les vtements de le fte. Il en saute de joie et se met jouer au chevalier redresseur de torts.
    Aprs une courte rprimande, sa mre l'emmne avec elle. La chouafa demande la mre de lui apporter de tissu. Chemin faisant, la mre rencontre une voisine de lalla Aicha. Elle rapporte que l'homme ruin s'est remis sur ses pieds.
    Les clats des tissus et exposs dans les boutiques de kissaria ravissent le narrateur. La mre achte une cotonnade blanche, un gilet pour le narrateur ; puis une satinette pour la Chouafa. En rentrant, le garon fait des grimaces Zineb ; alors sa mre le bat, il clate en sanglots. Abandonn dans un coin, il rve de devenir prince galant et puissant. Mais pour ne pas dplaire davantage sa mre, il mangea contrecoeur la viande aux navets. Au cour de djeuner, ils entendent chanter lalla Khadija, l'pouse du vieux Sidi Othman et sorti de bonne heure pour aller faire des commissions la jouteya. Il y a une foule de clients devant la boutique du boucher. Impatient, le vieil homme jette des boutades dsobligeantes au boucher. Ace moment Si Othman donne un coup de pieds un chien qui s'approche de lui ; la bte s'empare de babouche qui a saute et s'enfuit. L'homme poursuit le chien qui rcupre son bien. De retour devant la boutique, il trouve le boucher et les marchands de lgume plongs dans le sommeil. Il revient chez lui sans provisions, et offre sa femme une rose pour la calmer. Cette dernire le maltraite.
    avatar
    samah

    : 14
    : 27
    : 09/04/2007

    Rsum de la boite merveille(suite)

      samah 30, 2007 6:33 am

    Chapitre VII
    Les prparatifs de l'Achoura commencent. Les femmes s'achtent des tambourins et des bendirs, deux jours avant la Achoura. Le pre achte au narrateur une trompette. Il ne tarde pas faire rsonner l'instrument quand l'colier Hammousa, envoy par le fqih, vient le chercher : on a besoin de lui pour l'quipement des lustres. Les coliers s'activent la besogne comme des fourmis. Ils terminent le travail avant le coucher du soleil et retournent chez eux.
    L'enfant trouve sa mre ennuye car le ptrole de la lampe s'est puis. Elle prie Driss El Aouad de lui en apporter. Cette nuit, le garon dort berc par son bonheur : son pre lui fait part de son intention de l'emmener avec lui demain au souk pour qu'il choisisse ses jouets.
    Le matin, aprs le repas, le pre et son fils partent vers le souk. Ils achtent des jouets, un cierge avant de se rendre chez le coiffeur. Le narrateur n'aime pas cette personne diabolique qui le circoncirait un jour. Il y a des clients qui viennent demander au barbier des remdes pour leurs maladies. Aprs de longues discussions et la saigne d'un client, le coiffeur rase la tte du narrateur et la lui blesse.
    De retour la maison, le garon mange vite afin de pouvoir jouer avec Zineb et d'autres enfants jusqu'au coucher du soleil. Aprs un bain douloureux, il mange et s'endort.
    A Trois heures du matin, sa mre le tire d'un sommeil doux, il s'habille des vtements neufs et se dirige vers le Msid et se chausse de ses babouches neuves. Dans la rue, le pre lui donne cinq francs et un cierge pour le fqih. Dans le Msid clair, les coliers psalmodient de Coran avec ferveur : aujourd'hui, ils ftent la Achoura. A cette occasion, le fqih accorde ses disciples trois jours de vacances.
    Aprs le djeuner la cour duquel il s'est rgal de gteaux, le pre emmne avec lui le narrateur au sanctuaire Moulay Idriss pour accomplir des prires. L'enfant passe l'aprs-midi couter les rcits sans tte ni queue de Lalla aicha qui rend visite sa mre. Elle dit que les affaires de son mari prosprent. Au moment o la visiteuse veut lui confier un secret, la mre envoie son fils jouer sur la terrasse. Le soir, la femme part.

    Chapitre VIII
    Les insectes envahissent la maison, cause de la chaleur, les coliers n'tudient plus dans le Msid ; ils dmnagent dans un petit sanctuaire abritant la tombe d'un saint situ non loin. Aligns derrire le fqih, ils font leurs prires dans ce lieu. La bienveillance inhabituelle du matre et le changement de dcor ont un effet avantageux sur le narrateur. Le pre est fier de ces progrs. Mais l'enfant ne dsire pas devenir un savant ; il apprend studieusement uniquement pour faire plaisir ses parents. Au cours de la rcitation, son imagination erre ailleurs.
    Un lundi, le pre annonce son intention de se convertir dans la fabrication des haks la place des djallabas. Le djeuner fini, l'enfant est proccup par la comparaison des bijoux aux fleurs, comparaison qui fait rire ses parents. Il plonge dans une rflexion sur les fleurs et les bijoux. Pendant ce temps sa mre change des propos avec Fatma Bziouya. Aprs la prire de l'Aassr, le pre emmne sa femme, Fatma Bziouya et son fils au souk dans le but d'acheter des bijoux sa femme. Le pre se dispute avec un courtier de bijoux. Ayant perdu les traces du pre, le narrateur, sa mre et la voisine rentrent la maison. Lalla Zoubida et son fils pleurent en attendant le retour de Si Abdeslam.
    A la tombe de la nuit, le pre revient apportant les bracelets. La mre, les considrant comme un signe de mauvais augure (=dfavorable, mauvais signe), les reoit contrecoeur. Cette nuit, le narrateur fait un cauchemar. Lorsqu'il se rveille le matin, le pre le dispense d'aller au Msid. Il garde le lit toute la journe. Lalla Aicha vient leur rendre visite. Aprs que la mre a abandonn la msaventure du souk. La visiteuse l'informe que son mari l'a abandonne et pous la fille du coiffeur Abderrahman. Soudain le narrateur se sent mal et s'endort.

    Chapitre IX
    Le narrateur se revivifie le soir du jour suivant ; mais il a encore mal. Les parents en sont afflig. Aprs un dner triste, le mari informe sa femme qu'il est ruin .Il fait part de son intention de travailler comme ouvrier moissonneur dans les environ de la ville.
    Le matin, le pre part. l'enfant prouve le vide autour de lui, mme s'il se sent mieux. Fatma Bziouya lui apporte un boisson la menthe sauvage, qu'il boit de mauvais gr. Aprs le djeuner, la mre sort pour aller rendre visite son amie Lalla Aicha ; le narrateur reste dans son lit. Pour tromper l'ennui caus par l'affreuse attente du retour de sa mre, le garon vide sa Boite Merveilles; mais les objets qu'elle contient lui inspirent le chagrin. Le soir, berc par les bruits de l'orage le son d'une flte mystrieuse, il dort avec peine.
    La mre le rveille et lui promet une omelette qu'il aime beaucoup. Elle l'emmne avec elle au sanctuaire Sidi Ahmed Tijani pour se recueillir. Aprs, ils se dirigent vers la maison de Lalla Aicha. Les deux ont l'intention d'aller consulter Sidi el Arafi, un voyant aveugle, pour qu'il leur donne conseil propos des malheurs qui les frappent.

    Chapitre X
    Un garon conduit les deux femmes et le narrateur dans un ddale sordide et sombre. Arrivs dans la chambre du voyant, la narrateur se met pier l'homme et le lieu. Le panier du voyant rappelle l'enfant sa Boite Merveilles. L'homme demande l'enfant de plonger sa main dans le panier et de saisir un objet sans le voir. Ce dernier obtempre et prend une boule de verre. Aprs un court rituel, le voyant conseille au narrateur de revenir toujours vers soi lorsque la solitude et le malheur l'assigent.
    A son tour, Lalla aicha plonge la main dans le panier et en tire un coquillage. L'homme la rconforte en disant que le beau temps succde toujours la pluie. La mre sort du panier une perle noire dessins multicolores. Et le voyant de lui conseiller de visiter les sanctuaires de la ville qui lui accorderont leur protection.
    Aprs avoir gliss des pices de monnaie dans la main du voyant, les deux femmes s'en vont. Le narrateur rayonne de joie. Soudain, il s'agrippe au hak de sa mre, de crainte d'tre vu par le fqih qui est pass dans la rue.
    Chemin faisant, la mre refuse de lui acheter une grenade qui n'est pas encore mre ; aussi se met-il pleurnicher. Lorsqu'ils reviennent la maison, la mre cache aux voisines sa dmarche auprs du voyant, de peur d'venter les secrets de la famille.
    Pendant l'absence du pre, le garon n'ira pas au Msid, il tiendra compagnie sa mre. Chaque semaine, la mre l'emmne prier dans un sanctuaire. Un matin, quelqu'un frappe la porte ; il vient de la part du pre absent. Il remet la mre un pot de beurre, une douzaine d'ufs, une bouteille de l'huile et d'argent avant de s'en aller. Le narrateur et sa mre en sont trs enchants. La femme fait don d'une part des ufs aux voisines. Arrive Lalla aicha qui partage avec la famille sa joie et les six ufs restants.

    Chapitre XI
    Le jour suivant, la mre et le narrateur se rendent chez Lalla aicha. Ils la trouvent en train de mener une guerre acharne contre les mouches. Pars que l'hotesse a prpar les ustensiles de th, les deux femmes entament une longue conversation. Il ne se passe pas un long temps quand arriva Salama, une marieuse professionnelle.
    La marieuse commence par demander pardon lalla aicha pour avoir arrang le mariage de si Larbi avec la fille du coiffeur. Puis elle annonce le divorce imminent de ce dernier couple. Elle raconte comment l'homme l'a abode dans un souk et lui a demand de lui trouver une autre pouse. Au milieu du rcit, le garon descend au rez-de-chausse afin de se soulager. Une voisine le remontre parce qu'il n'a pas ferm la porte des toilettes ; et l'enfant s'clate en sanglots. Une dispute est sur le point de survenir sous l'intervention de Salama qui calme les femmes.
    La marieuse continue son rcit, expliquant que les fantaisies de la jalousie de la fille du coiffeur, gte par sa mre. Le rcit est interrompu par l'arrive de Zhor, une voisine qui vient demander de la menthe ; elle reste pour siroter un verre de th. La nouvelle arrivante confirme que le divorce en question ne tardera pas avoir lieu cause des folies de l'pouse. Aprs les quatre femmes partent en diatribes contre la famille du coiffeur.

    Chapitre XII
    Le narrateur admire les couplets entonns par les femmes habitant dans la maison ; aussi rve-t-il de composer une chanson. Il choisit le nom Zhor pour le mettre dans sa chanson. Cette femme hante les souvenirs du narrateur.
    Au milieu des chants, un garon arrive. Le narrateur en prouve une grande apprhension. Il s'agit de Allal El Yacoubi, son condisciple au msid. Il est envoy par le fqih afin qu'il s'enquiert de l'tat de sant du narrateur. La mre lui dit que l'enfant ne peut aller prsentement l'cole coranique.
    Ce qui comble le garon c'est la nouvelle annonce par Zineb : le retour du Maalem Abdeslam. Le pre rapporte avec lui deux poulets, des ufs, un pot de beurre, une bouteille de l'huile, un paquet d'olives et un morceau de galette paysanne en grosse semoule. Driss El aouad monte saluer le pre. Il l'informe que le divorce entre Moulay Larbi et la fille du coiffeur a t prononc hier. Au cours de la longue conversation entre les deux hommes, le narrateur prend sa boite Merveille et se met rver.
    avatar
    prof

    : 4
    : 06/05/2007

    : Rsum de la boite merveille

      prof 19, 2007 12:03 pm

    merci boucooup pour le resume malgure qu'il n'a pas l'air d'un resume !!
    Ge plaisante ! merci C genti
    Very Happy

    hinou.hicham

    : 10
    : 25/12/2008

    : Rsum de la boite merveille

      hinou.hicham 27, 2008 2:56 pm

    merci samah Very Happy

      / 23, 2017 5:36 am